Perpignan : guerre d’usure aux Oiseaux

A__069E1_1
Courrier des résidents de la résidence Heredia

Cet article fait suite à celui publié le 1er septembre dernier.

C’est désormais à une véritable guerre d’usure et de territoire à laquelle les habitants des résidences jouxtant celle des Oiseaux ont à faire. Depuis le scellement des issues du bâtiment en question la racaille n’a de cesse de revenir sur les lieux et de jouer au chat et à la souris avec la police municipale de Perpignan, « plus présente sur le terrain que ses collègues de la nationale » constatent les riverains. Si la pression policière a été très forte lors de la première semaine de délogement, que des vigiles ont été placés à la résidence Heredia, les dealers tentent toujours de récupérer ce qu’ils considèrent comme leur territoire. Exit donc le principe constitutionnel de propriété privée (Art. 17 de la DDHC) marqué par l’abandon total des pouvoirs publics, faute d’une législation ferme en matière répressive, mais également par manque de volonté. La seule volonté politique dans ce pays se résume à faire son possible pour se faire réélire et à déconstruire notre modèle social en s’en prenant en permanence aux travailleurs au nom du libre-échangisme.

Nos correspondants nous ont fait parvenir les informations suivantes :

Les résidents de Heredia excédés par le manque de fermeté des pouvoirs public ont rédigé un courrier en cours d’attente au syndicat de copropriété, courrier qui doit être ensuite transmis aux pouvoirs publics (voir photo).

Nous avons recueillis les propos d’un habitant de la résidence Heredia qui a réussi à s’introduire dans le bâtiment avant que celui-ci ne soit scellé : « Tout a été cassé, vandalisé à l’intérieur. Le sol est jonché d’excréments. Les employés en charge du nettoyage ont même été suffoqués à cause de l’odeur. Les radiateurs, les chaudières et bien d’autres matériaux ont été volés et revendus ».

De même une autre personne résidant à Heredia nous a confié une discussion qu’elle a eu avec la police municipale lors d’un appel téléphonique pour signaler que les dealers commençaient à percer le mur qui scelle l’entrée et la réinstallation de ces derniers sur le terrain de la résidence des Oiseaux. Le policier lui auraient fait par des caillassages qu’ils essuient ainsi que du sentiment d’être dépassés par la situation.

Rue des Oiseaux, un riverain excédé nous a signalé qu’une table de deuil dédiée au recueil des signatures a été taguée.

Pour certains habitants la situation est claire, c’est l’union qui doit faire la force, mais dans la légalité. Si ils n’obtiennent pas gain de cause avec ce prochain courrier, ils envisagent de mobiliser les riverains afin d’envahir la mairie de Perpignan.

Llorenç Perrié Albanell, président du mouvement régionaliste Resistència

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s