TV Resistència n°2: Emission spéciale 11 septembre à Barcelone avec SOM Catalans

-Facebook Resistència : https://www.facebook.com/resistcat/

– Facebook Llorenç Perrié Albanell : https://www.facebook.com/llorenc.cata

-Youtube Llorenç Perrié Albanell : https://www.youtube.com/channel/UCjAg

-Blog Llorenç Perrié Albanell : https://llorenperrialbanell.wordpress

-Contact: resistencia.cat.nord@gmail.com Association Resistència BP 10002 66050 PERPIGNAN CEDEX

Publicités

Galerie de photos de la Diada 2018

diada 2018 5

 

diada 2018 6Le mardi 11 septembre 2018 une délégation de Resistència, menée par Delphine Planchon-Roque (TV Resistència) et Marie Bayle (suppléante aux élections législatives 2017) était présente à Barcelone afin de commémorer la Diada Nacional de Catalunya aux côtés de nos amis de SOM Catalans. Les formations nationalistes suivantes étaient également présentes : la Lega du ministre de l’intérieur italien Matteo Salvini (Italie), le Vlaams Belang (Flandres), Aitheantas Eires (Irlande). Cette journée s’est terminée par un repas convivial dans un restaurant de Barcelone spécialement affrété pour l’occasion.

 

Vous pourrez découvrir cette journée lors de la prochaine émission de TV Resistència :cliquez ici

 

ofrena floral diada 2018 Lire la suite

Perpignan : les dealers tiennent le pavé

Cet article fait suite : ici et ici

IMG_2656

Le mardi 11 septembre je me rends devant le bâtiment 1 de la résidence des Oiseaux, tristement rendu célèbre par le trafic de drogue et le vandalisme des lieux pour prendre quelques photos. Un de nos correspondants m’a averti que le mur qui scelle l’entrée du bâtiment, défoncé pendant le week-end, allait être fermé par une plaque d’acier. Dans la matinée on peut voir des ouvriers, un journaliste et des personnes endimanchées, le tout sous bonne escorte policière (municipale).

Dès le lendemain le quotidien L’Indépendant du 12/9/2018 commence son article dédié aux Oiseaux par une erreur qui discrédite quelque peu le récit des faits (voir certains commentaires sur l’article en ligne) : « Le gang de la résidence les Oiseaux détruit un mur en béton armé ». Précision, de taille, le mur en question n’était pas en béton armé mais en simple parpaings (voir photo). En revanche le ras le bol des habitants est bien résumé.

IMG_2657

Malgré la présence récurrente de la police municipale sur le quartier « des Oiseaux » en journée, les dealers tiennent toujours le pavé. Depuis des semaines le jeu du chat et de la souris n’en finit plus et la racaille marque son territoire avec son lot de nuisances et d’immondices qui jonchent les trottoirs et le petit jardin de la tristement célèbre résidence, alors que les services municipaux avaient fait le nécessaire, c’était sous-estimer ces parasites qui, pour écrire de façon triviale, « n’ont que ça à foutre ».

Oui, n’en déplaise aux bobos, ces nuisibles terrorisent et empoisonnent la vie des citoyens, ils coutent cher à la société, donc à ces mêmes citoyens. Des citoyens réduits à une masse de contribuables sans droits, car abandonnés par la puissance publique, obligés même à payer des vigiles comme il y quelques semaines. Si des patrouilles de police passent régulièrement, il n’en demeure pas moins que le problème de fond n’est pas traité et la réponse judiciaire reste absente.

Ce week-end l’impunité a franchi un cap. Le mur de scellement du bâtiment de la résidence des Oiseaux a été détruit en partie. Une armée de petits dealers arpente le quartier. Des guets sont positionnés aux angles des rues, des briques ou des poubelles renversées forment des pseudos barricades de fortune afin de gêner l’accès des patrouilles de police. Les dealers provoquent, insultent et se pavanent, ils tiennent donc le pavé.

IMG_2654

Tout cela mérite quelques réflexions :

-Tout d’abord la responsabilité du maire de Perpignan, Jean-Marc Pujol, qui est doté, comme chaque maire de France d’un pouvoir de police administrative qui lui permet d’assurer le maintien de l’ordre public, en période normale ou en circonstances particulières et urgentes. Sans oublier celle du préfet des Pyrénées Orientales, qui peut, et doit, prendre des mesures nécessaires en se substituant à un maire faisant preuve de carence dans l’exercice de son pouvoir de police.

-Durcissement conséquent de l’Ordonnance du 2 février 1945 relative à l’enfance délinquante. Les mineurs délinquants d’aujourd’hui ne sont pas ceux de 1945.

-Rétablissement des peines planchers.

-Agrandissement du parc carcéral et durcissement des conditions de détention.

-Légiférer sur le droit pour les honnêtes citoyens de pouvoir dignement assurer leur sécurité, celle de leur famille et de leurs biens.

Enfin pour conclure, puisque les dealers des Oiseaux souhaitent casser de la pierre, rouvrons les bagnes et fournissons-leurs des pierres à concasser.

Llorenç Perrié Albanell, président du mouvement régionaliste Resistència

 

Perpignan : guerre d’usure aux Oiseaux

A__069E1_1
Courrier des résidents de la résidence Heredia

Cet article fait suite à celui publié le 1er septembre dernier.

C’est désormais à une véritable guerre d’usure et de territoire à laquelle les habitants des résidences jouxtant celle des Oiseaux ont à faire. Depuis le scellement des issues du bâtiment en question la racaille n’a de cesse de revenir sur les lieux et de jouer au chat et à la souris avec la police municipale de Perpignan, « plus présente sur le terrain que ses collègues de la nationale » constatent les riverains. Si la pression policière a été très forte lors de la première semaine de délogement, que des vigiles ont été placés à la résidence Heredia, les dealers tentent toujours de récupérer ce qu’ils considèrent comme leur territoire. Exit donc le principe constitutionnel de propriété privée (Art. 17 de la DDHC) marqué par l’abandon total des pouvoirs publics, faute d’une législation ferme en matière répressive, mais également par manque de volonté. La seule volonté politique dans ce pays se résume à faire son possible pour se faire réélire et à déconstruire notre modèle social en s’en prenant en permanence aux travailleurs au nom du libre-échangisme.

Nos correspondants nous ont fait parvenir les informations suivantes :

Les résidents de Heredia excédés par le manque de fermeté des pouvoirs public ont rédigé un courrier en cours d’attente au syndicat de copropriété, courrier qui doit être ensuite transmis aux pouvoirs publics (voir photo).

Nous avons recueillis les propos d’un habitant de la résidence Heredia qui a réussi à s’introduire dans le bâtiment avant que celui-ci ne soit scellé : « Tout a été cassé, vandalisé à l’intérieur. Le sol est jonché d’excréments. Les employés en charge du nettoyage ont même été suffoqués à cause de l’odeur. Les radiateurs, les chaudières et bien d’autres matériaux ont été volés et revendus ».

De même une autre personne résidant à Heredia nous a confié une discussion qu’elle a eu avec la police municipale lors d’un appel téléphonique pour signaler que les dealers commençaient à percer le mur qui scelle l’entrée et la réinstallation de ces derniers sur le terrain de la résidence des Oiseaux. Le policier lui auraient fait par des caillassages qu’ils essuient ainsi que du sentiment d’être dépassés par la situation.

Rue des Oiseaux, un riverain excédé nous a signalé qu’une table de deuil dédiée au recueil des signatures a été taguée.

Pour certains habitants la situation est claire, c’est l’union qui doit faire la force, mais dans la légalité. Si ils n’obtiennent pas gain de cause avec ce prochain courrier, ils envisagent de mobiliser les riverains afin d’envahir la mairie de Perpignan.

Llorenç Perrié Albanell, président du mouvement régionaliste Resistència

Resistència à la Diada 2018 avec SOM Catalans

diada 2018Le mardi 11 septembre 2018 une délégation de Resistència sera présente à Barcelone afin de commémorer la Diada Nacional de Catalunya aux côtés de nos amis de SOM Catalans.

Le jour de la fête nationale de Catalogne (la Diada) est célébrée en mémoire des catalans tombés pendant le siège de Barcelone de 1714 (guerre de succession espagnole), le 11 septembre marque la chute de la ville. Chaque année l’ensemble de la société civile catalane rend hommage aux morts de 1714 par un dépôt de gerbe dans divers lieux commémoratifs, nous citerons les plus célèbres d’entre eux, el « Fossar de les Moreres », un charnier qui a recueilli les corps des défenseurs de la ville pendant le siège de la ville et la statue de Rafael Casanova, gouverneur et colonel des forces armées de Barcelone.

Seront également présents pour soutenir la formation nationaliste catalane les délégations suivantes :

-La Lega du ministre de l’intérieur italien Matteo Salvini (Italie) ;

-Le Vlaams Belang (Flandres) ;

-Aitheantas Eires (Irlande).

Si vous souhaitez vous joindre à la délégation de Resistència nous contacter par mail à l’adresse suivante, resistenciacatnord@gmail.com, ou sur notre page facebook, https://www.facebook.com/resistcat/

Nous suivre sur TV Resistència : https://www.youtube.com/channel/UCFHE285cl3Smn8Ko8oX-rxg

Page Facebook Laurent Perrié : https://www.facebook.com/perrie.resistencia/

Chaîne Youtube Llorenç Perrié Albanell : https://m.youtube.com/playlist?list=UUjAgSO7k5cxbDYN6oSGQIhQ

Blog Llorenç Perrié Albanell : https://llorenperrialbanell.wordpress.com/

Nous écrire, faire un don :

ASSOCIATION RESISTÈNCIA
BP 10002
66050 PERPIGNAN CEDEX

 

 

Perpignan: la gangrène de la résidence des Oiseaux

IMG_2649

Depuis quelques mois les habitants du moyen Vernet à Perpignan subissent des incivilités qui n’ont pas lieu d’être dans un Etat de droit. Trafic de drogue, nuisances sonores, insultes, menaces de mort, fatwa prononcée par des racailles à l’encontre des propriétaires de chiens, dégradation du mobilier urbain (payé par le contribuable), pollution des espaces verts devenus pour l’occasion une décharge et cerise sur le loukoum un bâtiment entièrement squatté par des dealers (mineurs, détail important). Ce bâtiment de la résidence des « Oiseaux » abritait il y a encore quelques jours quelques personnes, familles extrêmement modestes qui ont dû être relogées en urgence. Certains appartements, invendables en l’état, appartiennent à des propriétaires encore endettés par le crédit contracté pour ces biens immobiliers. On imagine ici les désarrois et la colère de ces personnes, se sentant abandonnées par les pouvoirs publics.

Le quotidien l’Indépendant s’est fait l’écho déjà il y a quelques mois de l’enfer vécu par les riverains: 18/04/18 et 18/05/18

IMG_2650Perpignan le 31 juillet 2018, le Collectif du quartier des Oiseaux publie un courrier à l’intention des propriétaires d’appartements jouxtant la résidence des « oiseaux ». Le collectif  propose à juste titre aux propriétaires de demander à l’Administration compétente une exonération partielle de la taxe foncière puisque les biens des personnes sont dévalués et que les pouvoirs publics ne sont pas capables d’assurer leur protection. (voir document en bas de page) Lire la suite