A propos de Jawad Bendaoud, question ouverte à ceux qui apparemment « savent »

jawadCes dernières semaines le Pays catalan a été mis en émoi suite au battage médiatique qui a annoncé l’installation (pour combien de temps ?) dans la commune du Barcarès de celui que l’on nomme désormais le « logeur de DAECH » Jawad Bendaoud. Ce dernier a été, à la surprise générale, relaxé le 14 février dernier. Le parquet a néanmoins fait appel.

Les tristes événements qui ont frappé Carcassonne et Trèbes ce vendredi 23 mars n’ont fait que renforcer les craintes déjà palpables chez les habitants du Pays catalan. En effet, depuis déjà plusieurs semaines les réseaux sociaux s’enflamment, les débats sont vifs et tranchés et les membres de notre mouvement, très actif sur la seconde circonscription des P.O sont régulièrement questionnés sur des questions qui sont désormais sur toutes les lèvres : ce Jawad vat-il rester longtemps chez nous ? N’y a-t-il pas un risque d’amplification des ramifications islamistes au sein de notre territoire ? Ne risque-t-il pas d’attirer à lui des petits caïds en manque de reconnaissance ? Ne risque-t-il pas de ternir la réputation de la station balnéaire ? La liste des questions auxquelles nous ne pouvons pas répondre est encore longue. Lire la suite

Publicités

Attaque de Carcassonne et de Trèbes. Communiqué du mouvement régionaliste Resistència.

a-trebes-heroisme-gendarme-qui-pris-place-une-otageLe terrorisme islamique frappe une fois de plus notre pays et des innocents ont payé de leurs vies les délires totalitaires de ces fanatiques qui veulent soumettre le monde entier à leur vision religieuse.

Le terroriste Radouane Lakdim (d’origine marocaine), inscrit au fichier de traitement des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT), dont des notes faisant référence à l’Etat islamique ont été retrouvées à son domicile, a tué de sang-froid quatre personnes ce vendredi 24 mars 2018.

Radouane Lakdim n’était pas inconnu des services de renseignements comme nous l’indique Le Parisien « Cet homme, âgé de 25 ans, était suivi par la direction générale de la Sécurité intérieure (DGSI), explique au Parisien une source proche de l’enquête. Très actif sur les réseaux sociaux salafistes, il avait été incarcéré en 2015 et 2016. La première fois pour « port d’armes », la seconde pour « détention de stupéfiants », a précisé François Molins, le procureur de la République de Paris ». Lire la suite