La Catalogne s’invite dans le débat Français

catalogne policeEn France, peu nombreux sont ceux qui dans le camp de la résistance au système se sont prononcés sans ambiguïté sur le droit d’autodétermination du peuple catalan, nous pouvons les citer dans l’ordre ; Alain de Benoit (Eléments) Pierre Vial (président de Terre et Peuple) et il y a peu Robert Ménard (le très médiatique maire de Béziers) dans un récent entretien sur Boulevard Voltaire. Nous attendons d’ailleurs de voir qui va rejoindre cette prise de position qui définit clairement une vision du monde. Une vision du monde qui déplait, faut-il insister, à des Bernard-Henry Levy, des Jacques Attali, des présidents jupitériens, des Manuel Valls en reclassement à l’Union Européenne ou au pape François.

Cette ligne de démarcation est simple. D’un côté des « peuples-patries » souhaitant prendre en main leur destin collectif, de l’autre, de l’autre ceux qui au nom d’un globalisme naissant souhaitent une prise de contrôle total sur les peuples qu’ils entendent niveler, afin de mieux vendre bien sûr, mais aussi de réaliser le mythe de l’homme universel.

D’autres s’opposent au processus d’autodétermination de la Catalogne pour des raisons différentes. Ils souhaitent défendre l’Etat de droit et le modèle politico-social incarné par les Etats-nation actuels. Pour eux la nation ne peut être qu’indivisible et son identité ne peut être que le fruit d’un héritage administratif patiemment construit. Ce qui est vrai pour certains, ne l’est pas forcément pour d’autres. Les choses sont plus compliquées que ça. L’Europe est un vieux continent, peuplé par des peuples anciens forgés par de vieilles traditions qui constituent leurs identités.

Robert Ménard à raison de poser la question suivante : « comment ceux-là mêmes qui n’ont à la bouche qu’un seul mot – l’identité – peuvent-ils vouer aux gémonies un peuple – parce qu’il y a bien un peuple catalan, comme il y a un peuple français, un peuple corse, un peuple espagnol – qui veut prendre son destin en main ».

Le droit à l’identité serait-il à sens unique ou réservé uniquement à ceux qui disposent déjà d’un Etat ?

Certains Etats modernes en Europe, malgré des avancées en matière d’autonomie, ne permettent pas le plein exercice de la démocratie pour plusieurs raisons. Comme je l’ai rappelé il y a peu, une véritable autonomie de peut se réaliser que dans un Etat réellement fédéral où la délégation de pouvoir se fait de manière ascendante et non descendante. De plus, la négation des spécificités ethniques empêche l’épanouissent culturel ainsi que les légitimes aspirations des peuples à vouloir être en mesure de décider de ce qui est bon pour eux. Tout en reconnaissant que l’Espagne n’est pas la France en matière de jacobinisme, nous devons admettre que la  mutation de ce modèle en doxa globaliste incarné au niveau mondial impose un modèle politique de plus en plus opaque, complexe et lointain. Ce qui rend légitime tout questionnement sur ce modèle d’organisation et un désir d’autogouvernement.

Je cite Robert Ménard: « il y a dans la revendication catalane la volonté d’inventer une démocratie plus proche, plus vivante. Comment ne pas les entendre alors que nous ne cessons de nous plaindre des rapports distendus entre les simples citoyens et ceux qui sont censés les représenter et en être les porte-parole ? »

Pour l’oligarchie, c’est justement là le problème, cette « volonté d’inventer une démocratie plus proche ». Un véritable cauchemar pour les globalistes de l’Union Européenne et « leurs préfets ». Si la Catalogne n’est pas soutenue par l’Union Européenne, c’est qu’elle n’a pas fourni une offre suffisamment intéressante pour recevoir son aide. Rappelons-nous de l’indépendance du Kosovo, pourtant berceau de la nation serbe et plus récemment de l’Ecosse et de l’Irlande du Nord. Evidemment les Etats européens craignent un « effet domino » avec une indépendance effective de la Catalogne, mais pas uniquement. Ce que craignent le plus les technocrates européens, c’est qu’il existe encore des peuples qui souhaitent s’émanciper, s’épanouir selon leur propre modèle culturel et se réinventer un système de démocratie propre à leur génie. Alors oui, vive la Catalogne libre !

Llorenç Perrié Albanell président de Resistència

Page Facebook Laurent Perrié : https://www.facebook.com/perrie.resistencia/
Page Facebook Resistència : https://www.facebook.com/resistcat/
Chaîne Youtube Llorenç Perrié Albanell : https://m.youtube.com/playlist?list=UUjAgSO7k5cxbDYN6oSGQIhQ
Blog Llorenç Perrié Albanell : https://llorenperrialbanell.wordpress.com/
Contact : resistenciacatnord@gmail.com
Nous écrire, faire un don :
ASSOCIATION RESISTÈNCIA
BP 10002
66050 PERPIGNAN CEDEX

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s