Immigration ? Puisqu’on vous le dit !

14642446_1169431533145311_8247370054130642691_nLa première action de Resistència s’est déroulée le 17 octobre dernier à Sainte Marie la Mer pour dénoncer l’arrivée, et le logement au frais du contribuable, d’immigrés illégaux en provenance de la jungle de Calais. Par un tractage massif nous avions informé la population sur nos inquiétudes via cet accueil imposé depuis Paris et par l’intermédiaire de la préfecture, le porte-flingue de l’Etat jacobin.

Malgré les tours de passe-passe des bien-pensants et de la presse locale – omerta et minimisation des faits-  la vérité éclate. Des jeunes Ethiopiens, logés, nourris, blanchis par nos soins et contre notre gré,  au CCAS de Sainte Marie la Mer, auraient agressé une équipe du HCR (Haut-Commissariat aux réfugiés). Encore un machin qui finance le grand remplacement. Un agent interprète aurait eu le malheur de ne pas s’exprimer en Oromo, le dialecte de l’ethnie de ces « jeunes », ce motif d’incompréhension aurait déclenché une vie discussion, puis des intentions belliqueuses de la part des faux-réfugiés. Intentions belliqueuses à tel point que les agents du HCR ont dû se réfugier (il s’agit-là de vrai réfugiés pour le coup !) dans un bureau du bâtiment pendant que les illégaux vandalisaient le véhicule du HCR ! Une vingtaine de militaires ont dû intervenir, le sous-préfet a même dû se rendre sur place. Procédure habituelle  et manque de fermeté patente : un jeune a été mis en garde-à-vue pendant quelques heures… lamentable.

Citons l’Indépendant du 20/12/16 : Le sous-préfet a discuté avec les mineurs : « Ils se sont excusés et j’ai pu leur expliquer qu’ils ne pourraient plus aller au Royaume-Uni comme ils l’espéraient ; Ils seront pris en charge par l’Aide sociale à l’enfance ».

Toujours selon l’Indépendant et comme je l’avais dénoncé dans un article en date du 17/9/16, soit avant l’arrivée des immigrés clandestins à Sainte Marie la Mer, neuf d’entre eux avaient déjà rejoint le Royaume –Uni avant les faits de violences énoncés plus haut.

Le triste attentat de Berlin survenu sur un marché de Noël le soir du 19 décembre 2016 n’a échappé à personne. Compte tenu des derniers événements nous sommes en droit de nous interroger sur la sécurité dans notre département. Nous demandons dès à présent que la préfecture des Pyrénées-Orientales rende publiques les informations suivantes : Nombres d’immigrés illégaux présents dans les P.O avec détail de l’âge et du sexe des intéressés, les zones de répartition de ces derniers et évidemment le coût financier de cet accueil forcé supporté par la collectivité.

En second lieu, nous demandons leur expulsion immédiate et sans préavis.

Llorenç Perrié Albanell, président de Resistència

Publicités

Catalogne : le référendum pour l’indépendance suspendu par le Tribunal Constitutionnel espagnol

1-9-banderas-esteladas-independistas-en-la-manifestacion-catalanaPerpignan le 20/12/16

Encore un coup dur pour le souverainisme catalan. Après Carme Forcadell, présidente indépendantiste du Parlement autonome de Catalogne, poursuivie pour « désobéissance » pour avoir permis le vote d’une feuille de route en faveur de la mise en place d’un processus d’indépendance pour la Catalogne en octobre dernier, c’est au tour du président de la Generalitat de Catalunya, Carles Puigdemont, ainsi que d’autres responsables politiques catalans d’être « rappelés à l’ordre » par le Tribunal Constitutionnel. Ce dernier leur demande de faire leur « devoir d’empêcher ou de paralyser toute initiative qui suppose d’ignorer ou d’éluder la suspension » du référendum.

Le Tribunal Constitutionnel oublie un détail de taille, Carles Puigdemont a pris ses fonctions en début d’année avec une feuille de route claire : mettre en place les institutions nécessaires à l’indépendance de la Catalogne au deuxième semestre 2017. Nommé pour accomplir cette tâche, il a déclaré à maintes reprises vouloir organiser cette consultation, avec ou sans l’autorisation de Madrid.

Une fin de non-recevoir ?

Rappelons que l’ancien président de la Generalitat, Artur Mas est actuellement poursuivi par le Tribunal Constitutionnel espagnol pour « désobéissance ». Il avait organisé en novembre 2014 une consultation symbolique sans valeur légale, dont voici le détail : Lire la suite

Oui au Pays Catalan dit également Oui à l’explosion démographique ?

courbeC’est sans surprise que nous avons découvert dans la livraison du Petit Journal Catalan du 15 au 21 décembre 2016 le communiqué du parti politique Oui au Pays Catalan faisant suite à  leur réunion organisée sur Bages, jusque-là rien de surprenant.

En revanche, et cela mérite d’être souligné, la surprenante déclaration du Maire de Fourques, Jean-Luc Pujol, membre du conseil directeur de la nouvelle formation politique, voyant comme une nécessité le fait d’accompagner la croissance démographique de notre département « nous serons 1 million d’habitants en 2060, il faut créer les infrastructures pour préparer l’accueil des nouveaux venus ».

Curieuse déclaration pour un parti prônant les vertus de l’économie circulaire, du produire « ici » et de l’écologie de proximité, ainsi que des revendications fermes en ce qui concerne la culture catalane.

Nous savons pertinemment que la surpopulation sur notre territoire, mais pas seulement, entraine des dégâts collatéraux dans le domaine écologique : Bétonisation des terres arables, expansion de lotissements sans âme, zones industrielles et commerciales, faisant sans nul doute les affaires des maires peu scrupuleux, mais qui entrainent la mort programmée de l’agriculture locale, symbole de tradition et pourquoi pas même d’indépendance alimentaire, sans oublier l’impact paysager (esthétique d’abord, puis, risques d’inondations, ravinement dû à l’imperméabilisation des terres)

Tout partisan sérieux du localisme (défense de l’économie de proximité et de la relocalisation de l’emploi), de l’écologie et des cultures enracinées se doit de dénoncer ce fléau qu’est l’immigration don l’un des corollaires est bien évidemment la surpopulation. Une immigration qu’il convient de définir par catégorie.

-Extra-européenne qui représente à notre sens un danger incomparable en termes de culture, de revendication, de démographie, d’économie, mais également de terrorisme. La remigration ici est le seul remède.

-Intra-européenne avec l’héliotropisme qu’il convient d’enrayer. L’héliotropisme entraine une disproportion démographique entre territoire du nord et du sud de l’Europe. Occasionne une flambée du prix de l’immobilier, un changement des habitudes traditionnelles, des mutations de fonctionnaires au détriment des locaux etc. Il y a un bouleversement évident dont il convient de soulever le problème. Comment enrayer ce phénomène. Par quels moyens ? Fiscaux ? Motivations sérieuses ? Lesquels ?

Voilà des questions qu’il convient de ne pas éluder lorsque l’on s’érige en défenseur du Pays Catalan, en tout cas pour nous, membre de Resistència les choses sont claires !

Llorenç Perrié Albanell, président de Resistència

imag0016
Le Petit Journal Catalan du 15 au 21 décembre 2016

Llorenç Perrié Albanell, president de « resistència » moviment agermanant amb SOM a la Catalunya Nord, exposa les contradiccions insalvables del nou partit « Oui au Pays Catalan » (una criatura, inicialment presentat com un comitè, auspiciada per Convergència a la Catalunya nord) que per una banda reclama localisme i defensa la catalanitat mentre per altra banda alimenta el fenomen destructiu de la immigració.

Aquí en teniu la traducció complerta.

 

« Sí al país català vol dir també sí a l’explosió demogràfica? Lire la suite

A quoi joue le groupe des élus Front National du Conseil Régional d’Occitanie?

imag0003
L’indépendant du 29/11/16

Nous apprenons dans le quotidien  l’Indépendant du 29/11/16, que les élus de la nouvelle Région, ont approuvé le « principe de création de l’Office public de la langue catalane ». Les représentants du Front National quant à eux se sont abstenus. Abstention au sein du groupe FN pour discorde sur la décision du vote ? Nous n’en savons rien. Toujours est-il qu’ils ont noté « que les Catalans n’ont pas besoin d’un office. De plus, cela représentera un coût énorme, 400 000€ ».

Si nous pouvons comprendre une certaine réticence sur la question budgétaire en cette période de vache maigre, sachant qu’un budget peut toujours être réajusté, il n’en va pas de même pour la question identitaire. Chacun sait en effet que la langue catalane a désormais du mal à reprendre sa place dans l’espace public, alors qu’il y a encore 30 ans il était fréquent et normal de l’entendre dans les zones rurales. Donc oui, les catalans ont un réel besoin d’institutionnalisation de la langue catalane, et de rappeler que si cette même langue périclite, c’est à cause en grande partie des pouvoirs publics jacobins. Une réparation s’impose. Pour moi cette réparation passe par une généralisation de l’enseignement du catalan.

A quoi jouent donc les élus du Front National ? Il y a encore un peu plus d’un mois, Louis Aliot, incontournable figure du FN dans notre département, s’érigeait presque en unique défenseur de la culture catalane (ici). Comme défense il y a mieux… A moins que défense ici ne prenne un sens tout autre, comme celui d’interdit ?

Nous aimerions que le Front National cesse d’attaquer en permanence l’identité du Pays Réel, à savoir ici l’identité catalane, afin de concentrer ses efforts sur un problème de plus en plus visible : l’immigration et son corollaire l’islamisation de notre société. En jouant la carte jacobine à fond et en refusant cette réalité de plus en plus palpable qu’est l’immigration, le FN, par son silence et sa volonté d’éliminer toutes identités charnelles, se profile de plus en plus comme un allié objectif de l’islamisation de nos territoires. Nous sommes en droit de nous interroger sur les questions suivantes :

-Pourquoi le FN 66 n’a-t-il pas encore dénoncé le projet de construction de la deuxième grande mosquée de Perpignan ?

-Pourquoi le FN 66 n’est-il pas très actif sur la question des migrants, alors que celle-ci inquiète grandement la population locale ?

-Pourquoi le FN 66 fait-il une obsession sur l’identité catalane ? Alors que bon nombre de catalan votent FN ?

Je terminerais en rappelant que je n’ai eu de cesse pendant la campagne pour le « nom » de la Région, d’insister sur un fait incontournable : seul un véritable Statut pour le Pays Catalan nous permettrait de préserver nos intérêts économiques et identitaires, et certainement pas quelques offices et autres institutions votés ailleurs que chez nous.

Llorenç Perrié Albanell

Président de Resistència