Corse, l’insoumise

Au soir du dernier tour des élections régionales du dimanche 13 décembre, les nationalistes corses ont remporté une victoire historique aux élections territoriales en Corse. La liste « Per a Corsica » (Pour la Corse), issue de la fusion des autonomistes (17,62% au 1er tour) et des indépendantistes (7,73%), a obtenu 35,34% des voix. Il s’agit d’un tournant majeur dans le processus d’autodétermination de l’Ile de Beauté. Évidemment, ces résultats attisent la haine des jacobins de tous bords. Ces derniers, en effet, ne comprennent pas, ne comprendront jamais qu’il puisse exister une autre identité que l’identité administrative : l’identité charnelle.

En Corse, c’est le « vivre corse » qui prime, et non pas le « vivre ensemble », utopie institutionnelle au bord de l’explosion en France. Les Corses ont marqué leur désir de rester eux-mêmes, et c’est tant mieux, ce siècle sera celui du réveil des identités.

Nos jacobins s’offusquent qu’à l’assemblée de Corse on s’exprime en corse, langue vernaculaire jusqu’à preuve du contraire, bien que le discours de son président Jean-Guy Talamoni ait été traduit en français.

Les jacobins ne comprennent pas ou font mine de ne pas comprendre qu’il est mille fois préférable que dans les écoles corses, occitanes, bretonnes ou catalanes, on enseigne la langue du pays, l’histoire locale et les danses traditionnelles à la place de l’arabe dialectal, d’une histoire sélective pour servir des objectifs obscurs, le zouk ou la zumba.

Les jacobins s’indignent et dénoncent un soit-disant complot mondialiste dès lors qu’il s’agit du nationalisme ethnique, alors que le jacobinisme n’est rien d’autre que de la mondialisation au petit pied.

Enfin à Ajaccio, un peuple non soumis a réagi énergiquement après l’agression  physique de pompiers et des membres des forces de l’ordre tombés dans un guet-apens, comme suite à un incendie criminel allumé dans la nuit de jeudi à vendredi dans un esprit « d’embuscade ». Le jour de Noël, environ 6oo personnes se sont rassemblés devant la préfecture pour protester. Vers 16 h 00 environ 250 à 300 personnes ont décidé de montrer qu’ils étaient chez eux et qu’il n’y avait pas de place pour des zones de non-droit comme on en trouve trop souvent sur le continent. Un lieu de culte musulman a été saccagé en guise d’avertissement.

Pour tous ceux qui s’indignent des résultats des élections régionales en Corse, notez bien ceci : le peuple corse est toujours en mesure de se rassembler et de montrer qu’il est maître chez lui, de défendre ses quartiers, ses villes, sa langue, ses traditions. Savez-vous pourquoi ? Parce que les Corses ont su garder leurs racines, élément indispensable pour cimenter une communauté.

Llorenç Perrié Albanell

Perpignan le 26/12/15

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s