CORSE : LA MAYONNAISE « PAS D’AMALGAME » NE PREND PAS

Depuis la victoire des nationalistes corses au soir du second tour des élections régionales, les « pas d’amalgamistes » en prennent pour leur grade. La République jacobine prend la claque identitaire en pleine figure. C’est bien le vote communautaire d’un peuple insoumis qui renvoie le « vivre ensemble républicain » là d’où il n’aurait jamais dû sortir, c’est-à-dire dans les poubelles de l’histoire. En effet la Corse ce n’est pas le continent, Ajaccio ce n’est pas Calais. En quelques heures le peuple corse a réussi à faire ce que les continentaux n’osent plus faire, englués qu’ils sont dans les lois antiracistes, lois en réalité anti-gauloises, anti-européennes. La nuit de Noël deux pompiers et un policier ont été blessés à Ajaccio après être tombés dans une embuscade dans une cité.

Les Corses ont très bien reçu le message du président du SDIS de Corse du Sud, Charles Voglimacci, qui a déclaré dans un communiqué à propos des personnes qui ont agressé les pompiers et policiers : « Ici c’est Ajaccio et nous ne laisserons personne dicter ses propres règles, imposer la peur et s’accaparer un quartier de notre ville. Si cela les indispose, ils sont libres de partir. »

Vous connaissez la suite : plus de six cents personnes se sont réunies le lendemain devant la préfecture pour manifester leur colère. Entre 250 et 300 manifestants sont descendus ensuite dans le quartier en question en scandant « Arabi Fora » (« Arabes Dehors ») et « On est chez nous ». Une mosquée a été attaquée ainsi que la terrasse d’un kebab.

Ce qui différencie le peuple corse de ses cousins européens du continent, c’est cette volonté de conserver intacte la souche communautaire, ainsi qu’une volonté farouche de préserver sa terre de la moisissure qui se répand des zones de non droit jusqu’à la porte de nos foyers. La rue appartient à ceux qui y descendent, les Ajacciens l’ont bien compris. En ce moment même, une poignée d’hommes et de femmes bravent l’interdit préfectoral qui prohibe toute manifestation aux alentours du domicile supposé des malfaiteurs. Nous ne devons pas nous contenter d’être admiratifs devant une telle résistance face à la racaille et à l’Etat, nous devons les imiter. Quant à Gilles Simeoni, nouveau président du Conseil exécutif de la Collectivité Territoriale de Corse, nous ne pouvons que regretter ses prises de position, soucieux qu’il est sans doute de plaire aux gardiens du politiquement correct. Une prise de position en décalage avec son électorat nationaliste qui n’a que faire du fameux « pas d’amalgame ».

Llorenç Perrié Albanell

Perpignan le 27/12/15

Publicités

Corse, l’insoumise

Au soir du dernier tour des élections régionales du dimanche 13 décembre, les nationalistes corses ont remporté une victoire historique aux élections territoriales en Corse. La liste « Per a Corsica » (Pour la Corse), issue de la fusion des autonomistes (17,62% au 1er tour) et des indépendantistes (7,73%), a obtenu 35,34% des voix. Il s’agit d’un tournant majeur dans le processus d’autodétermination de l’Ile de Beauté. Évidemment, ces résultats attisent la haine des jacobins de tous bords. Ces derniers, en effet, ne comprennent pas, ne comprendront jamais qu’il puisse exister une autre identité que l’identité administrative : l’identité charnelle.

En Corse, c’est le « vivre corse » qui prime, et non pas le « vivre ensemble », utopie institutionnelle au bord de l’explosion en France. Les Corses ont marqué leur désir de rester eux-mêmes, et c’est tant mieux, ce siècle sera celui du réveil des identités.

Nos jacobins s’offusquent qu’à l’assemblée de Corse on s’exprime en corse, langue vernaculaire jusqu’à preuve du contraire, bien que le discours de son président Jean-Guy Talamoni ait été traduit en français.

Les jacobins ne comprennent pas ou font mine de ne pas comprendre qu’il est mille fois préférable que dans les écoles corses, occitanes, bretonnes ou catalanes, on enseigne la langue du pays, l’histoire locale et les danses traditionnelles à la place de l’arabe dialectal, d’une histoire sélective pour servir des objectifs obscurs, le zouk ou la zumba.

Les jacobins s’indignent et dénoncent un soit-disant complot mondialiste dès lors qu’il s’agit du nationalisme ethnique, alors que le jacobinisme n’est rien d’autre que de la mondialisation au petit pied.

Enfin à Ajaccio, un peuple non soumis a réagi énergiquement après l’agression  physique de pompiers et des membres des forces de l’ordre tombés dans un guet-apens, comme suite à un incendie criminel allumé dans la nuit de jeudi à vendredi dans un esprit « d’embuscade ». Le jour de Noël, environ 6oo personnes se sont rassemblés devant la préfecture pour protester. Vers 16 h 00 environ 250 à 300 personnes ont décidé de montrer qu’ils étaient chez eux et qu’il n’y avait pas de place pour des zones de non-droit comme on en trouve trop souvent sur le continent. Un lieu de culte musulman a été saccagé en guise d’avertissement.

Pour tous ceux qui s’indignent des résultats des élections régionales en Corse, notez bien ceci : le peuple corse est toujours en mesure de se rassembler et de montrer qu’il est maître chez lui, de défendre ses quartiers, ses villes, sa langue, ses traditions. Savez-vous pourquoi ? Parce que les Corses ont su garder leurs racines, élément indispensable pour cimenter une communauté.

Llorenç Perrié Albanell

Perpignan le 26/12/15

Langues régionales : Le bal des faux-culs

Langues régionales : Le bal des faux-culs

Signée en 1999, depuis 15 ans, la fameuse Charte des langues régionales attend toujours d’être ratifiée. Notre président « normal » avait prévu de le faire lors de la campagne présidentielle de 2012. Aujourd’hui, en difficulté pour les élections régionales, la gauche tente un coup de filet pour capter l’électorat régionaliste.  Un coup d’épée dans l’eau pour les apprentis sorciers de l’Élysée ! Leurs adversaires de façade, en ont décidé autrement au Sénat (179 sénateurs) avec l’appui de 9 sénateurs du RDSE (Rassemblement Démocratique et Social Européen) à majorité PRG. Les vieux réseaux jacobino-égalitaristes fonctionnent toujours. Tout est bon pour liquider l’âme des peuples et renforcer la République cosmopolite.

L’argument fumiste mis en avant par la mafia jacobine est le caractère anticonstitutionnel de la Charte. La République ne reconnaît qu’une langue : le français. En revanche, peu d’élus indiquent que cette Charte à un vice caché : la reconnaissance des langues extra-européennes. Ces dispositions mettraient sur un même plan les langues autochtones et des langues allogènes comme l’arabe  dialectal. Seuls certains souverainistes ou éléments de l’extrême-droite tricolore ont relevé ce fait de taille. Un argument de poids pour évincer une fois pour toutes le débat sur le sujet.

La gauche s’exprime en faveur de la ratification au travers de Christiane Taubira qui déclare dans l’hémicycle que : «La vraie question est celle de notre conception de la Nation (…) À mes yeux, celle-ci doit être capable de construire de l’harmonie sans étrangler sa diversité ». Inutile de préciser qu’ici nous ne parlons pas de la même « diversité ». Manuel Valls déplore pour sa part : « la surdité de la droite ».  L’écologiste François de Rugy tweete : « C’est donc la majorité du Sénat – censée être la chambre des territoires de France – qui a rejeté les langues régionales, non-sens ». Toutes ces déclarations prêtent à sourire, lorsque l’on sait que ces personnalités politiques prônent une société d’êtres hors-sol, sans culture propre et enracinée, au bénéfice de la « soupe universelle ». Le seul intérêt dans l’affaire est électoral.

Les sénateurs de droite ? C’est bonnet-blanc et blanc bonnet. En charge du pouvoir, ils auraient sûrement agit autrement afin de conserver leurs prébendes. Ils seraient allés chercher les votes chez les défenseurs des langues régionales. Mais là n’est pas le fond de la question. C’est leur libéralisme viscéral, leur vision marchande du monde, qui fait qu’ils s’opposent de manière si « républicaine » à la ratification. En effet, toute différence identitaire leur apparaît comme une entrave à la société de marché dont ils rêvent. « Niveler pour mieux vendre » un slogan qui sied parfaitement à leur vision du monde. L’incantation républicaine de la sacro-sainte unité territoriale n’est qu’un prétexte sous leur houlette. En fait, la France n’est plus qu’une colonie américaine administrée depuis Bruxelles (Réintégration dans le commandement intégré de l’OTAN, soumission au diktat de Bruxelles, aucune opposition au Traité-transatlantique, etc.).

Nos souverainistes jacobins rejettent la Charte au motif qu’elle représente un danger car des langues extra-européennes présentes dans l’Hexagone se verraient recevoir les mêmes droits que des langues autochtones, ce qui est anormal, je le concède ou bien encore que ces langues risquent de porter préjudice à l’unité de la France.

Deux points à expliciter (car dans la catégorie des faux-culs ils ne valent pas plus que les autres cités plus haut) :

D’abord ce qui risque de nuire à l’unité de la France ce n’est pas les quelques militants régionalistes, autonomistes, voire indépendantistes qui réclament à juste titre des droits pour leur langue et culture. Si on réfléchit bien, c’est l’intransigeance génocidaire du régime jacobin sur ces questions-là qui fabrique les séparatismes. Il n’y a donc pas de fumée sans feu… C’est la République elle-même qui se met en danger en accueillant un flux incessant et considérable d’immigrés inassimilables de par leur culture et leur vision du monde incompatible avec celle des Européens.

Ensuite, ils invoquent le vice caché de la Charte : la reconnaissance de langues minoritaires extra-européennes. Cette disposition est effectivement une aberration. Il s’agit ici d’un faux pluralisme, non historique, fondé sur un égalitarisme forcené d’idéologues souhaitant transposer leur délire universaliste en universalité juridique. Vouloir mettre sur un pied d’égalité des langues qui ne disposent pas de la légitimité d’un territoire historique, c’est saccager tout un système de valeur. Si toutes les langues disposent d’une légitimité juridique, laquelle alors est encore légitime sur un territoire défini ?

Cette charte comporte des vices ? Pourquoi alors ne pas créer une loi qui viserait à protéger et promouvoir les identités et les langues régionales autochtones ? Nous sortirions peut être d’une impasse et du génocide culturel des peuples enracinés ; un véritable rempart contre ce qu’il convient d’appeler « l’idéologie du même ». La « mêmetée », c’est quand l’égalitarisme atteint son pinacle, c’est-à-dire lorsqu’une société est constituée d’hommes identiques et interchangeables. Comment faire alors face à l’avènement d’une gouvernance mondiale, puisque « tout le monde est tout le monde ». Restent les identités charnelles (opposées aux identités administratives), la lutte de l’homme enraciné contre l’homme déraciné. Cette lutte passe également par la défense et la promotion des langues régionales. Une langue n’est pas seulement l’orthographe ou la grammaire, elle est aussi porteuse d’une philosophie et d’une histoire qui crée la diversité, tout ce que nos ennemis détestent : l’identité.

Perpignan, le 6 novembre 2015

Llorenç Perrié Albanell