Pas de mini-jungle de Calais en Pays Catalan !

junglecalais-febda2-11xSi les questions liées au nom de notre nouvelle région, et les revendications pour le droit à un statut territorial à l’instar de la Corse occupent les esprits en Catalogne du Nord, nous ne devons pas oublier non plus que le pouvoir socialistes parisiens persiste encore et toujours dans son entreprise de déconstruction de notre société traditionnelle et homogène.  Le 13/09/16, un document confidentiel du Ministère de l’intérieur concernant le démantèlement de la Jungle de Calais vient d’être rendu public par le Figaro : « Le schéma de mobilisation des places d’hébergement sur l’ensemble du territoire a été validé », annonce ce document. Dans les faits, nous explique un récent communiqué de la Ligue du Midi,  cela signifie que partout en France, des CAO (Centres d’Accueil et d’Orientation) vont devoir être créés pour accueillir toujours plus de migrants. Lire la suite

Interview de Llorenç Perrié – Manifestation OUI AU PAYS CATALAN – 10/09/2016 [Lengadoc Info]

12/09/2016 – 18h00 Perpignan (Lengadoc Info) – Alors qu’ils n’étaient qu’un petit millier lors de leur première manifestation le 18 juin dernier, les défenseurs du Pays Catalan ont démontré ce samedi 10 septembre qu’ils étaient capables de mobiliser la population pour défendre l’identité catalane. Ce sont près de 10 000 personnes (7 800 selon la police, 12 000 selon les organisateurs) qui ont défilé dans les rues de Perpignan samedi pour protester contre le nouveau nom de la région Occitanie- Pyrénées Méditerranée. Un nom qui supprime toute référence identitaire à la Catalogne Nord et auquel les Catalans préfèrent celui d’Occitanie- Pays Catalan, un nom qui faisait partie des cinq propositions retenues lors de la consultation organisée par la région. Lire la suite

Communiqué de Llorenç Perrié Albanell à propos de la manifestation du 10 septembre 2016

Pourquoi les questions du nom et du statut sont elles  indéfectiblement  liées
nimes-4-9-16
   
   La rue nous appartient… récupérons maintenant notre territoire !
Sous une chaleur de plomb des milliers de catalans se sont rassemblés ce samedi 10 septembre 2016 à Perpignan… 12 000 selon l’organisation, 8 000 selon la police. Un véritable succès qui dépasse la manifestation anti-Septimanie d’il y a 10 ans puisque le nombre  de participants a été doublé, preuve que l’engouement identitaire ne faiblit pas, bien au contraire. Les quelques élus locaux bien connus du département présents ce jour, et en quête de quelques voix, n’ont pas fait l’unanimité, tel Jean-Marc Pujol, maire de Perpignan, hué et conspué par la foule au moment des remerciements d’usage prononcé par l’organisation… Une organisation gênée et dépassée par ces réactions hostiles envers l’establishment local.
    Les catalans ont bonne mémoire:
Rappelons en effet que l’actuel maire de Perpignan était favorable à l’appellation Pyrénées-Méditerranée.Son aversion pour l’identité catalane est confirmée par ses nombreux actes ou  inaction sur cette question etses « affaires » se trouvent au Maroc et non en Pays catalan. Cet homme appartient au réseau « Alduyste » bâti sur le clientélisme et les clans, un clan qui règne sans partage sur la capitale du Roussillon depuis 40 ans. Autant dire que sur ce point au moins, la ligne de rupture avec les dinosaures de la politique souhaitée par les catalans n’était pas au rendez-vous.
   Les points positifs à retenir :
-Une mobilisation sans précédent dans le domaine de la revendication politique nord-catalane.
-Un désir palpable de la population pour une rupture avec l’establishment qui maintient depuis des décennies  le Pays catalan dans la précarité et le génocide culturel.
-La prise de conscience de la nécessité d’un statut particulier pour le Pays catalan.
-La participation de nombreux élus communaux qui ne semblent  pas être en quête de quelques voix, d’acteurs de terrain, d’entrepreneurs, de responsables du secteur agricole, bien décidés à défendre le territoire.
-Une perte de prise en main du mouvement catalaniste par la gauche.
    Les points à éclaircir :
-N’oublions pas que la lutte pour un nom identitaire pour notre territoire doit aller de pair avec une démarche conjointe visant à un statut dérogatoire pour le Pays catalan. Un nom identitaire ne doit pas servir de vitrine à un territoire vidé de son identité et d’un pouvoir politique propre. Dans ce cas, nous serions toujours des catalans, certes, mais des catalans pauvres, privés de tout pouvoir décisionnaire nécessaire à un développement économique (fiscalité territoriale, reversement d’un quota de TVA,  économie locale, promotion du tourisme…) et au maintien de notre culture millénaire. La question des institutions devant faire d’ores et déjà l’objet de propositions claires, fortes et réalistes.
Tout ceci me fait écrire que l’heure est venue pour la création d’un mouvement politique 100% nord catalan, identitaire, autonomiste et populiste. Je donnerai dans les jours qui suivent plus de détails sur tous ces points.
Llorenç Perrié Albanell

En Catalogne du nord aussi, la rue appartient à celui qui y descend !

drapeau-catalan1
       
         Cette fin de semaine sera placée sous les auspices de la résistance identitaire, au nord comme au sud. En effet, le 11 septembre est jour de fête nationale en Catalogne du sud, cette journée ne cesse d’impressionner de par les “mobilisations monstres” qui la font vivre chaque année. Catalans du nord, ne serions-nous pas capable d’en faire autant ? Vous si prompt à lever le front, à gonfler le torse, et à brandir lasenyera dès qu’un affront se fait sentir, seriez-vous prêt à rester chez vous ce samedi 10 septembre 2016 ?
        Certes il s’agit d’un combat différent par rapport aux catalans du sud qui sont aux portes de l’indépendance, mais notre combat n’en demeure pas moins noble. Nous subissons les pires attaques contre notre identité, et malgré cela nos revendications restent raisonnables : l’obtention d’un statut particulier qui en toute logique devrait évoluer vers un statut d’autonomie.
        Tout l’Establishment se ligue contre nous, mais nous savons qu’avoir beaucoup d’ennemis, c’est avoir aussi beaucoup d’honneur.
L’avenir de nos enfants, à qui nous devons penser avant tout, de notre territoire auquel nous sommes fidèles, de nos racines qui font chaque jour ce que nous sommes, ne peut pas passer par un territoire croupion d’une République jacobine moribonde, mais bien par la lutte pour un territoire fort et autonome dans une République fédérale des peuples.
        Rendez-vous samedi 10 septembre 2016 à 15h00 place Catalogne à Perpignan.
Llorenç Perrié Albanell

Participation à la fête de la Ligue du Midi le dimanche 4 septembre 2016 à Nîmes

nimes-4-9-16Lors de mon intervention pendant la table ronde « Territorialité et Identité ». Tous les intervenants, au-delà de quelques différences, vont tomber d’accord pour mettre en avant la ré-appropriation de nos racines. « Llorenç Perrié profite de l’occasion pour inviter les participants à une initiative à Perpignan en novembre qui surprendra dans le catalanisme (1)« .

nime-4-9-16-musiqueIntervention musicale à la gralla également, avec l’aide d’Olivier Roudier au tambour. Voir un extrait vidéo sur le Facebook de la Ligue du Midi.

(1) Ligue du Midi