Saint Patrick 2017 : entre Nationalismes irlandais et catalan

Retour sur un week-end  culturel et militant

conférence à Pia 18.3.17
Salle Jean Jaurès à Pia, dédicace de Llorenç Perrié Albanell

C’est à l’Estrambord, le local de la Ligue du Midi à Montpellier, que Llorenç Perrié Albanell, président de Resistència,  était invité ce vendredi 17 mars pour prononcer une conférence à l’occasion de la Saint Patrick 2017. Le thème abordé fut celui de son livre publié en 2013 chez Les Editions de la Forêt « Nationalismes irlandais et catalan, convergences, similitudes et différences ». L’auditoire, bercé dans une ambiance irlandaise allant du celtic-punk à la musique traditionnelle, était impatient de découvrir, Guinness en main, ce qui peut bien unir les Nationalismes irlandais et catalan !

Ce qui unit les combats irlandais et catalans, bien au-delà de l’aspiration légitime à la liberté nationale, c’est en premier lieu cette volonté farouche de vouloir rester soi-même, de vouloir transmettre un héritage, linguistique et culturel, aux générations futures. Lire la suite

Succès du repas de soutien à Resistència

C’est dans une ambiance de franche camaraderie que se sont réunis en nombre militants et sympathisants de Resistència pour un repas de soutien à l’association ce dimanche 5 mars 2017.

Les objectifs de la journée ont été atteints : convivialité, discours politique incisif, nouvelles adhésions, et dons massifs pour le financement d’une prochaine campagne. Une campagne dont les détails seront bientôt publiés.
Notre président, Llorenç Perrié Albanell, a rappelé lors de son discours, que Resistència est le seul mouvement identitaire catalan en Catalogne du Nord qui agit à la fois sur deux axes désormais indissociables : Développement du Pays Catalan (Statut particulier, localisme) et lutte contre l’immigration. Cette précision sur la cohérence du combat mené par notre mouvement a été suivie d’une liste de points clés définissant notre programme.

Les militants ont pu s’entretenir avec Marie Bayle qui prend désormais des responsabilités au sein de Resistència. Les axes de combat qui seront développés dans les semaines à venir sont les suivants :
– défense de la dignité de la femme européenne face au péril islamique ;
– défense de la famille traditionnelle, cellule de base de notre société ;
– dénonciation de la maltraitance animale notamment avec l’abattage rituel et information des risques sanitaires liés à cette pratique d’un autre âge.
A propos de ce dernier axe, une collaboration active avec l’association Vigilance Halal est envisagée.
Lire la suite

Chandeleur de Resistència

16833139_1297563056998824_1686319612_o
Kroaz Du et Senyera, bretons d’ADSAV! et catalans de Resistència

C’est à Pia chez un adhérent que ce samedi 18 février se sont réunis militants et sympathisants de Resistència afin de célébrer la traditionelle fête de la chandeleur, avec un peu de retard comme l’a souligné son président Llorenç Perrié Albanell lors de son exposé. Un exposé qui rappelle l’importance de maintenir nos traditions, symboles d’une identité bien vivante, dont voici un extrait :

 

16797642_1578990845461782_4167104465049551399_o
Llorenç Perrié Albanell, président de Resistència, dédicace son livre Nationalismes Irlandais et Catalans 

« La chandeleur se célèbre normalement le 2 février depuis que cette fête est devenue, par action syncrétique, une fête chrétienne. Chandeleur signifie fête des bougies, en référence à la lumière, vénérée dans l’antiquité comme la demande du retour du soleil invaincu, le retour du soleil annonce le retour du printemps. Pour les chrétiens il s’agit de la fête de la purification de la Vierge et la présentation de Jésus au temple. La chandeleur chrétienne a gardé le symbole de la lumière.  Dans l’Europe antique c’était le 1er février que l’on célébrait cette fête de la lumière. Il s’agit de l’antique fête d’Imbolc comme elle était nommée par les celtes et les germains. Cette fête d’Imbolc est à rapprocher également des fêtes de carnaval. Nous avons ici en Pays Catalan, un exemple bien vivant de la perpétuation, intacte, de cette fête païenne ou il fallait célébrer la défaite de l’hiver face au printemps par des réjouissances quelques peu débridées. Cette fête, c’est la fête de l’Ours. Une des fêtes les plus anciennes de notre patrimoine qui puise ses origines dans les rites païens de fécondité, la lutte de la vie (renaissance printanière) contre la mort hivernale. Exactement comme dans l’antique fête d’Imbolc où l’on simulait une chasse, le gibier personnifiant l’hiver était mis à mort. Les villageois représentant l’hiver devaient être affublés de peaux de bêtes et de caparaçons de paille ».

Après ce rappel historique nécésssaire, les objectifs de Resistència pour les mois à venir ont été fixés.

C’est sur un point sur l’actualité politique, notamment les primaires de gauche et la distribution du nouveau matériel de campagne de Resistència que les travaux de la réunion ont été clôturés. L’assistance a pu se régaler les papilles avec les délicieuses crêpes préparées par notre équipe logistique « de chic et de choc ».

Nous remercions également nos amis bretons pour leur soutien lors de cette rencontre fraternelle entre défenseurs des Patries Charnelles. En effet, c’est avec beaucoup d’enthousiasme que nous avons reçu parmi nous une délégation du parti nationaliste breton de référence ADSAV ! Ils ont pu nous exposer les grands axes de leur combat et les difficultés qu’ils peuvent rencontrer dans leur légitime entreprise de reconstruction d’une Bretagne bretonne.

En savoir plus.

Pais Catalan : Resistència : resistenciacatnord@gmail.com ou sur facebook.

Bretagne : La revue d’ADSAV !, War Raok BP 80337, 35203 Rennes Cedex 2.

Benoît Hamon, un candidat soft-communiste et islamo-compatible (version texte)

ben-hamon-cocoGrand gagnant d’une petite primaire, seulement 2 millions de participants, Benoît Hamon  a prononcé ce dimanche 5 février 2017 son discours d’investiture de candidat P.S pour l’élection présidentielle.

Un homme dangereux pour l’économie et les libertés publiques.

Je reviens sur un format écrit, après ma vidéo du même titre sur ma chaine YouTube, afin de  sensibiliser de manière concise un maximum de personnes sur des axes clés du programme inacceptable, voir absurde de cet apparatchik.

-Le Revenu Universel. 750 euros par mois pour tous les français de plus de 18 ans et sans conditions, avec parait-il depuis peu une répartition sur 3 paliers de ce dispositif, un arrangement de dernière minute sans doute pour séduire le camp Valls. Les questions, légitimes, qui nous viennent à l’esprit sont les suivantes : Quel financement ? Impôts ? Cotisations obligatoires supplémentaires ? Plus de dette ? Un projet qui va à l’encontre du droit des citoyens, car d’une injustice sans bornes imposant toujours plus de racket fiscal. Nul doute que les classes moyennes, qui assument depuis trop longtemps le marasme économique de ce pays apprécieront de ce faire ainsi spolier. Une perfusion sociale de cette ampleur saignerait à blanc les classes moyennes, en même temps qu’elle participerait de manière sournoise à son grand remplacement. C’est sans parler de la dévalorisation de la valeur travail, de la dignité et de la responsabilité qui incombe à chacun. Pour la gauche le vol manifeste s’érige en dogme, et elle ne cache même plus ses intentions. Son axe de combat est clairement défini : s’attaquer au patrimoine afin de réduire les inégalités, ou quand les intellectuels de salon confondent égalité en matière de droit et égalitarisme forcené.   Lire la suite

Primaires de Gauche: Langue catalane: Valls un renégat au service de la République jacobine

vallsLors du second débat des primaires de Gauche (25.1.17), Manuel Valls démontre encore une fois le peu d’estime pour sa langue maternelle, le catalan.
L’animateur de l’émission pose une question à propos de la maîtrise de l’anglais aux candidats en lice, réponse de Manuel Valls:
 
« – Je parle aussi l’espagnol. Il n’y a pas que l’anglais comme langue mondiale.
– Vous parlez aussi le catalan ?
– Oui mais il y a plus minoritaire que le catalan, le breton. »
 
Ce n’est pas la première fois que Manuel Valls n’est pas à l’aise avec la langue catalane, citons l’Indépendant du 3 août 2012:
 
 » En conclusion du point presse donné par Manuel Valls lors de sa visite au SDIS 66 (Service départemental d’incendie et de secours), où il était venu rendre hommage aux sapeurs-pompiers français engagés sur les incendies qui ont ravagé la Catalogne.
Alors qu’une journaliste de radio Arrels lui posait une question en catalan, le ministre de l’Intérieur, quelque peu embarrassé lâche, d’une petite moue en souriant : « Vous me posez un problème. Est-ce qu’un ministre français doit parler catalan ? « .
Quelqu’un, parmi les élus présents autour de lui, ose un : « Chez-nous, oui ».
« Mais chez vous, oui », enchaîne en opinant du menton le patron de la place Beauvau. »
 
 
Quel rapport? Les catalans apprécieront ses réponses.
 
Pour mémoire: 10 millions d’européens parlent le catalan autant ou plus que le nombre de locuteurs de nombreuses langues officielles d’États de l’Union Européenne.
Llorenç Perrié Albanell
 
#Resistencia
#LlenguaCatalana
#PrimairesDeGauche
#Valls
 

Galette des Rois militante pour Resistència

img_2516

Les militants de Resistència, renforcés par une équipe de la Ligue du Midi menée par Richard Roudier,  se sont réunis ce samedi 7 janvier 2017pour une après-midi militante et festive.

Le rendez-vous était fixé à 14h00 à Sainte Marie de la Mer pour un tractage massif afin de dénoncer pour la seconde fois l’accueil forcé d’immigrés clandestins dans cette commune. Les militants ont été agréablement surpris de voir que leur premier passage a fait des émules. En effet un accueil chaleureux leur a été réservé au détour de quelques ruelles. Ce qui a donné l’occasion de développer les thématiques de combat de notre mouvement politique dans des débats animé et enthousiastes.

Pendant ce temps, une seconde équipe était chargée de coller les nouvelles affiches de Resistència avec les slogans suivants :

-Resistència stop immigraciό !

-Resistència País Català !

img_2512
Banderole de Resistència devant la mairie de Sainte Marie de la Mer

A 16h00 rendez-vous était donné aux alentours de Perpignan afin de partager la galette des Rois.

a__a7ee
Llorenç Perrié Albanell, président de Resistència

Le président de Resistència, Llorenç Perrié Albanell, a pris la parole pour exprimer ses vœux et rappeler que la célébration de la galette est l’occasion de perpétuer une de nos plus anciennes traditions remontant à l’antiquité et d’ajouter que l’homme de l’avenir et celui qui aura la plus longue mémoire.

Son allocution était axée principalement sur le premier semestre 2017 en rappelant que cette année sera une année charnière éminemment politique compte tenu de l’élection présidentielle. Il en appelle à la vigilance de nos militants à entretenir des liens solides avec les autres organisations inscrites dans un combat identitaire et enraciné.

Une feuille de route des activités de Resistència pour le premier semestre 2017 a été tracée.

img-rr
Richard Roudier, président de la Ligue du Midi

Après les questions diverses, Llorenç Perrié Albanell a donné la parole à Richard Roudier, président de la Ligue du Midi. Celui-ci a rappelé la nécessité du combat identitaire et du réenracinement comme autant de barrières immunitaires contre le nivellement et la globalisation. Dans cette optique de réenracinement une Mangoune sera prochainement organisée par la Ligue du Midi. Sa conclusion percutante : «les identitaires ne serviront jamais la soupe à qui que ce soit et aucun compromis ne sera négociable».

Cette après-midi militante s’est terminée autour d’un verre de l’amitié.

Contact Resistència : resistenciacatnord@gmail.com

 

 

 

Immigration ? Puisqu’on vous le dit !

14642446_1169431533145311_8247370054130642691_nLa première action de Resistència s’est déroulée le 17 octobre dernier à Sainte Marie la Mer pour dénoncer l’arrivée, et le logement au frais du contribuable, d’immigrés illégaux en provenance de la jungle de Calais. Par un tractage massif nous avions informé la population sur nos inquiétudes via cet accueil imposé depuis Paris et par l’intermédiaire de la préfecture, le porte-flingue de l’Etat jacobin.

Malgré les tours de passe-passe des bien-pensants et de la presse locale – omerta et minimisation des faits-  la vérité éclate. Des jeunes Ethiopiens, logés, nourris, blanchis par nos soins et contre notre gré,  au CCAS de Sainte Marie la Mer, auraient agressé une équipe du HCR (Haut-Commissariat aux réfugiés). Encore un machin qui finance le grand remplacement. Un agent interprète aurait eu le malheur de ne pas s’exprimer en Oromo, le dialecte de l’ethnie de ces « jeunes », ce motif d’incompréhension aurait déclenché une vie discussion, puis des intentions belliqueuses de la part des faux-réfugiés. Intentions belliqueuses à tel point que les agents du HCR ont dû se réfugier (il s’agit-là de vrai réfugiés pour le coup !) dans un bureau du bâtiment pendant que les illégaux vandalisaient le véhicule du HCR ! Une vingtaine de militaires ont dû intervenir, le sous-préfet a même dû se rendre sur place. Procédure habituelle  et manque de fermeté patente : un jeune a été mis en garde-à-vue pendant quelques heures… lamentable.

Citons l’Indépendant du 20/12/16 : Le sous-préfet a discuté avec les mineurs : « Ils se sont excusés et j’ai pu leur expliquer qu’ils ne pourraient plus aller au Royaume-Uni comme ils l’espéraient ; Ils seront pris en charge par l’Aide sociale à l’enfance ».

Toujours selon l’Indépendant et comme je l’avais dénoncé dans un article en date du 17/9/16, soit avant l’arrivée des immigrés clandestins à Sainte Marie la Mer, neuf d’entre eux avaient déjà rejoint le Royaume –Uni avant les faits de violences énoncés plus haut.

Le triste attentat de Berlin survenu sur un marché de Noël le soir du 19 décembre 2016 n’a échappé à personne. Compte tenu des derniers événements nous sommes en droit de nous interroger sur la sécurité dans notre département. Nous demandons dès à présent que la préfecture des Pyrénées-Orientales rende publiques les informations suivantes : Nombres d’immigrés illégaux présents dans les P.O avec détail de l’âge et du sexe des intéressés, les zones de répartition de ces derniers et évidemment le coût financier de cet accueil forcé supporté par la collectivité.

En second lieu, nous demandons leur expulsion immédiate et sans préavis.

Llorenç Perrié Albanell, président de Resistència